• Soul Food

Éclosions printanières

En regardant en arrière un an après la pandémie du COVID-19, il est encore difficile de d’en voir la fin et pour certain cette situation est loin d’être terminée. Pour beaucoup d'entre nous, nos vies ont été suspendues pendant cette période. Nous avons passé plus de temps que nous ne souhaiterions l'admettre en ligne devant des écrans. Nous avons reporté des choses qui pouvaient l’être, comme les mariages, les vacances et les réunions de famille. Nous avons dû nous adapter comme nous le pouvions. Zoom est devenu un adjectif et un verbe que nous utilisons quotidiennement, à notre grande consternation. A Paris, les restaurants gastronomiques et traditionnels qui n'auraient jamais imaginé servir des plats à emporter ont été contraints de changer complètement d'ADN. Certains ont fait un effort supplémentaire pour ne rester ouverts que s'il était possible de le faire de manière éthique (c'est-à-dire pas d'Uber ou de conteneurs à emporter en plastique). Certains y parviendront jusqu'au bout, tandis que d'autres seront comptés parmi les malheureuses victimes de la pandémie. Les musées et les centres culturels dotés de ressources ont pu transférer certaines de leurs offres artistiques en ligne, tandis que d'autres ont fermé leurs portes il y a quelque temps, sans se demander quand nous pourrons les parcourir et nourrir nos âmes avec l'art sur present leurs murs à nouveau. Les professionnels de santé et les travailleurs essentiels qui n'ont jamais eu la chance de simplement #restezchezsoi se réveillent toujours chaque matin et prennent soin des autres, quel que soit leur niveau d'épuisement. Néanmoins, si nous n’avons pas perdu notre emploi ou, plus important encore, un de nos proches, nous sommes considérés comme les plus chanceux.


Comme d'habitude, ceux qui souffraient déjà ont continué d'être les plus durement touchés. Les gens vivant dans les pays où ne pas avoir d'assurance maladie est encore très commun (aka les États-Unis), sont confrontés à des situations impossibles. Les mesures de confinement y sont levées trop tôt et les gens crient à leur «liberté!» et préfèrent ostraciser les personnes qui portent des masques lors de l'achat de produits essentiels. Tant de personnes et de familles sans-abri dans des pays comme la France et le Royaume-Uni n'ont pas reçu l'aide dont elles avaient besoin. Dans de nombreux pays, les migrants, les réfugiés et les minorités continuent de vivre leur vie sous la menace constante d’un terrorisme intérieur et d’attaques racistes, tandis que les politiciens refusent de se pencher sur ces problèmes et que la police se cache derrière la façade du «servir et protéger» pour expliquer les bavures. Sans véritable fin en vue, tout ce que nous pouvons faire est de continuer à pousser.


Lire, peindre, faire de l'art, regarder des films, écouter de la musique, faire de la musique, écrire… Pour beaucoup d'entre nous, ce sont ces types d'activités qui nous ont permis de traverser cette dernière année. Nous avons récemment réalisé que de manière non-intentionnelle, le blog Soul Food sert de miroir COVID-19, reflétant certains des hauts (La culture depuis la maison! et des exemples d'efforts de solidarité internationale) et quelques-uns des bas (plus de 300 non accompagnés mineurs - enfants - laissés dans les rues de Paris pour se débrouiller seuls et la police française manifeste un comportement raciste et belliqueux à l'égard des migrants et des réfugiés). Un an plus tard, où en sommes-nous? Avons-nous réussi à nous adapter au télétravail / confinement / couvre-feu / vie en quarantaine? Qu'est ce que ça veut dire? Dans 100 ans, que diront nos descendants de nous, de cette époque? Les memes les plus drôles et les histoires Instagram seront-ils montrés comme des preuves archaïques de la pandémie, comment certains d'entre nous l'ont traversée, notre existence? Est-ce que les héros, les infirmières qui ont travaillé d'innombrables gardes de 16 heures et plus, les travailleurs du transport qui ont risqué leur vie pour que nous puissions arriver là où nous avions besoin (ou parfois simplement voulu) d'aller, et les boulangers qui ont continué à nous servir de manière incroyable, du pain frais et chaud, dont on se souvient pour la façon dont ils ont aidé les autres et maintenu un semblant de normalité pendant une pandémie qui a ravagé le monde?


Nous avons fait ce que nous pouvions pour continuer à pousser, rester optimistes, rechercher les autres et rester productifs, non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour nos jeunes membres et toute notre famille Soul Food. L'art et la culture ont définitivement été une source de lumière pour nous, et les membres de la communauté qui font ce qu'ils peuvent pour aider, ont été une cascade d'inspiration. Pourtant, cette dernière année a été difficile et incroyablement bizarre. C’est presque inexplicable. Cela a changé à jamais le tissu du monde dans lequel nous vivons. Pourtant, nous restons optimistes quant à l’avenir. En fin de compte, c’est vraiment tout ce que nous pouvons faire, à part nous soutenir les uns les autres, soutenir les entreprises locales, répandre l’amour, rester engagés et, bien sûr, nourrir nos âmes.


Dans l'esprit de cela, voici un poème, quelques dernières réflexions sur cette époque :


Brûler de la sauge

Pas de mauvaise énergie bienvenue ici


Remplir et poster les bulletins de vote par correspondance - Combien d'élections avons-nous gagnées?

Combien de promesses non tenues ont-ils faites?

Gouvernements aux commandes ou hors de contrôle?

Chaos tout à propos


Des semaines à la maison.

Netflix no chill.

Des mois sans amis.

Sauter, épouser, tuer.


Des journées de travail qui se transforment en soirées, nuits et week-ends de travail.

Dîners à 22h

Des puzzles sans fin

Toute la nuit, la peinture, le jus créatif qui coule… mais bon, c’est peut-être la meilleure partie?

Dansez dans la salle de bain pour ne pas perdre la raison.

Demandez à la voisine si elle a besoin de quelque chose.

N'oubliez pas le pain, de banane ou la pita?


Si fatigués de cuisiner, mais reconnaissant pour la cuisine, et la nourriture, et les livres, et notre travail, et notre santé et notre maison.

Impossible d’imaginer ce que c’est de vivre cela seul, à l’extérieur dans la rue, dans le froid.


Éclosions printanières

Rêves d'été

Destruction imminente.


Nous cherchons des exutoires à travers des fissures, des moyens de s'évader, de s'exprimer et de se détendre.


Écoutez mes amis, ils sont si jeunes, mais ils savent.

La résilience est cependant essentielle.

2020, 2021, 2022?

Les restaurants ne peuvent pas en supporter beaucoup plus.

Plus d'applaudissements à 20 heures, plus d'objectifs de confinement, plus de divertissement culturel de la dame d'à côté.


Lisez un livre, retournez un disque et sauvez-vous du blues du COVID.

Un an après, mais tant de gens ne comprennent pas.

Photo © Kryssandra Heslop

79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout